Presse

____________________________________________________
19/04/2016
INAMI: Les étudiants en 7e médecine auront le numéro Inami.  DéFI s'en réjouit.
Les doyens ont reçu une communication officielle en ce sens. Telle est l’information principale donnée officiellement par le Ministre Marcourt lors de la question parlementaire posée cet après-midi par Caroline Persoons, députée DéFI au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 
DéFI se réjouit de cette nouvelle. 
« Nous recevons des centaines de courriels de parents d’étudiants en 7e médecine et d’étudiants eux-mêmes, emplis de détresse. J’ai voulu relayer ces appels à l’aide au Parlement. Ces étudiants sont pris en otage par les blocages relatifs au « dossier INAMI », ils attendent désespérément qu’une instruction claire soit envoyée par écrit aux doyens afin qu’ils délivrent les attestations permettant de se former ensuite dans le domaine choisi. L’urgence et le stress vécus par la cohorte 2016, à quelques jours de leur concours sont insoutenables. Les doyens des facultés attendaient des consignes explicites et univoques de la part des autorités publiques. Je me réjouis donc de la réponse claire du Ministre Marcourt qui annonce que le gouvernement a envoyé une information officielle aux doyens. Ces derniers peuvent octroyer les numéros INAMI disponibles en suffisance pour cette année. Mais évidemment, le dossier reste toujours ouvert et le cadastre est bloqué au fédéral », note Caroline Persoons.
La priorité reste de résoudre le problème pour l’ensemble des étudiants.
DéFI dénonce l’attitude du gouvernement fédéral et de la Ministre Maggie De Block qui bloquent ce dossier en jugeant négativement le choix de la FWB de placer un filtre en fin de première année. La pénurie de médecins généralistes et de spécialistes est forte en Wallonie et à Bruxelles. DéFI demande une révision du quota 60% de numéros INAMI pour la Communauté flamande, 40 % pour la Fédération Wallonie- Bruxelles.

Le SOIR : lien 
____________________________________________________
16/04/2016

Un ministre de plus : le CdH ne donne pas le signal attendu de bonne gestion

Apprenant les désignations de Mmes Schyns et Gréoli, DéFI dénonce l’occasion manquée du remaniement ministériel francophone. Le remplacement de la Ministre Milquet aurait dû être l'occasion de corriger la pléthore de ministres en Région wallonne et Fédération Wallonie-Bruxelles.
"Le choix CdH va à contre-courant d’une gestion saine du personnel politique. Sans contester les compétences des personnes désignées, on peut regretter les choix posés car ils n’aideront en rien à rétablir la confiance entre citoyens et responsables politiquesEn effet, le gouvernement de la FWB comptera un ministre à double casquette en moins et au total, nous aurons 14 ministres francophones, encore un de plus.», déclare Caroline Persoons, chef de file DéFI au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Comme lors de la constitution des gouvernements de la FWB et de la Région wallonne en juillet 2014, DéFI dénonce la pléthore de ministres, les compétences totalement éclatées et l'absence déplorable de ministre régional bruxellois au sein du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
____________________________________________________
15/09/2015
Survol : Les FDF exigent l’interdiction des vols de nuit entre 22h00 et 7h00
Les FDF s’opposent à un projet loi aérienne de "Vliegwet » préparé par la Ministre Galant sauf s'il est précédé d'un vrai plan qui défende cette fois les habitants survolés, Bruxellois et de sa proche périphérie, et non pas les seuls lobbies du Brussels Arirport.  La crainte est très forte de voir figer une situation défavorable aux citoyens bruxellois pour ensuite botter en touche jusqu’aux décisions européennes.
Ayant pris connaissance des propositions de l’association de riverains Pas Question, , les FDF se réjouissent de cette initiative citoyenne qui doit être saisie rapidement par les ministres Galant et Frémault afin d’en étudier tous les impacts. Comme l’a souligné Pas Question, Face aux propositions de l’association,  les FDF demandent d’être aussi attentifs aux quartiers densément survolés sous la route d'atterrissage 01 (68.000h)
« Il est impératif de soulager les quartiers densément peuplés, spécialement à l’est de Bruxelles et sous la route du Canal », soulignent Olivier Maingain, Bernard Clerfayt et Caroline Persoons.
Les Bruxellois, via le Parlement régional et la Conférence des Bourgmestres (et donc les 19 Bourgmestres), doivent s’entendre sur un texte unique fort afin que les Bruxellois restent unis dans leurs revendications.
«  Sur base des relevés de l’IBGE communiqués ce mardi 13 octobre aux bourgmestres, 56 % de plaintes proviennent de l’est de Bruxelles. Il faut en tenir compte car les citoyens sont à bout. Le travail des associations ne peut être balayé d’un revers de la main par la ministre Galant, toujours plus attentive aux lobbies économiques flamands ou des Compagnies aériennes qu’aux intérêts des habitants », précisent encore les FDF.
La ministre Frémault, qui a rencontré les Bourgmestres bruxellois mardi, doit rendre publiques rapidement ses nouvelles mesures de normes de bruits qui sont évidemment très instructives sur les nuisances endurées par les Bruxellois. A ce propos, Caroline Persoons et Bernard Clerfayt interpelleront la ministre Frémault ce vendredi 16 octobre en séance plénière du parlement bruxellois (interpellations jointes).
Les FDF défendent l’application pleine et entière de l’article 5 de l’arrêté Gosuin qui prévoit un durcissement automatique des limites des normes de bruit. 
Les FDF réclament :
  • l’interdiction des vols de nuit de 22h à 7h du matin ;
  •  une étude d'incidences environnementales et une consultation publique préalable à l'activation de toute route aérienne ;
  • l'interdiction des avions les plus bruyants;
  • l’interdiction du survol des zones les plus densément peuplées ;
  •  la stabilisation de l'usage des pistes préférentielles par une norme de vent stable et historique de 8 nœuds sans rafales,
  •  le prolongement de la piste 25 Left de minimum 2 km vers l’est du seuil de piste actuel afin d'y permettre des décollages virant à gauche à 700 pieds en suivant le track 115° afin d'éviter le survol de toute zone urbanisée
  • et la suppression de la route du canal qui impacte particulièrement les habitants de la Ville de Bruxelles.
Le Soir : cliquez ici
La Libre : cliquez ici
____________________________________________________
07/09/2015
Linkebeek : la Fédération Wallonie-Bruxelles saisit le comité de concertation
 "Il est inacceptable de se résigner", a jugé le ministre-président, interrogé lors par la députée Caroline Persoons (FDF).
La ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans a procédé le week-end dernier à la désignation d'un bourgmestre flamand, Eric De Bruycker, à la tête de la commune à facilités de Linkebeek, où les francophones, emmenés par Damien Thiéry, détiennent une confortable majorité.
Dans sa réplique, la députée a invité le gouvernement de la Fédération à se tourner également, dans cette polémique, vers le Conseil de l'Europe pour faire appliquer la Charte de l'autonomie locale.
La Libre : cliquez ici
_____________________________________________________
01/09/2015
Ciel bruxellois : le Voka impose, la ministre Galant obéit.
Les FDF demandent une stratégie aéroportuaire à l’échelle du pays et non pour les seuls intérêts flamands. 
Les FDF bruxellois regrettent la décision de la Ministre Galant qui a préféré répondre aux lobbies flamands en autorisant le fret d’Ethiopian Air, plutôt que de poser un choix répondant aux besoins des habitants bruxellois et aux intérêts wallons. 
Avec un volume annuel de 50.000 tonnes via Brussels Airport, les transports de fret d’Ethiopian Air représentent et une quantité de vols supplémentaires au-dessus de Bruxelles et de sa périphérie, zones densément peuplées.
Pour Caroline Persoons, présidente des FDF bruxellois, « Une fois de plus, la ministre Galant est sourde face aux appels des Bruxellois, mais aussi des Wallons. Il est urgent de développer une stratégie aéroportuaire à l’échelle du pays, en concertation avec les Régions. Cette stratégie doit tenir compte au maximum de la santé, de l'environnement, de la sécurité et exploiter les spécificités de chaque aéroport, Liège étant adapté et reconnu pour le fret. »


Il est également essentiel de fixer l’instauration d’une limite de tonnage et d’un cota count des avions autorisés à survoler le territoire régional, selon les normes de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI).
Presse : 
Le Vif : Cliquez
Sud Info : Cliquez 
_____________________________________________________
17/06/2015
Epreuves externes : les FDF demandent une commission d'enquête parlementaire
Les FDF condamnent les fuites organisées des questions des épreuves externes en Fédération Wallonie-Bruxelles et demandent d’urgence la constitution d’une Commission d’enquête au sujet de cette déplorable affaire. Les députés FDF déposeront une proposition en ce sens.
"Histoire, néerlandais, sciences,… : les fuites se multiplient, le système des épreuves externes prend l’eau, les examens sont annulés. C’est honteux, tant pour les élèves qui se sont préparés à ces épreuves que pour le corps enseignant et l’image générale de notre enseignement », constatent Caroline Persoons, Joëlle Maison et Emmanuel De Bock, députés FDF au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Afin de faire toute la clarté sur ce véritable sabotage des épreuves externes, il est nécessaire qu’une commission d’enquête parlementaire puisse entendre les responsables administratifs des épreuves.
- Presse :
  L'avenir
_____________________________________________________
14/04/2015
lalibre.be
Pour deux élus FDF, Caroline Persoons et Fabian Maingain, il s'agit d'une situation "surréaliste" à côté de "la plus belle place du monde" . Un petit ...


L'état déplorable des alentours de la Grand-Place (Photos)
dh.be


_____________________________________________________
02/04/2015

Marcourt accuse le coup… et "La Libre"
lalibre.be


... d'une presse militante. Heureusement qu'il y a des presses autres qu'asservies", a répondu Caroline Persoons (FDF) dans sa réplique à Marcourt.
_____________________________________________________
02/09/2014
Communiqué de presse : Elèves sans école: les FDF exigent la transparence sur les chiffres et demandent la création d’une commission d’enquête parlementaire
- Pour lire le communiqué : cliquez ici
- Diffusion :
   RTBFPlaces dans les écoles: les FDF réclament une commission d'enquête
   La Capitale-La LibrePlaces dans les écoles: les FDF réclament la transparence et veulent une commission d'enquête ...
_______________________________________________________
25/07/2014
Communiqué de presse : Fédération Wallonie-Bruxelles :« Fédérer pour réussir » ? Plutôt « économiser pour survivre » ! 
- Pour lire le communiqué : cliquez ici
- Diffusion :
La Libre : Le FDF mord très fort...le PS et le CDH  (Comique : la photo montre Olivier Maingain et Véronique Caprasse. La Libre se trompe de parlement...)
Sudinfo : http://www.sudinfo.be/1064176/article/2014-07-25/l-opposition-s-embrase-a-la-federation-wallonie-bruxelles-mesdames-et-messieurs
_______________________________________________________
30/04/2014
Conférence de presse : présentation de la liste FDF région bruxelloise
Le Vif

... 14 ans et conserver l'enseignement dans le giron de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a plaidé la députée Caroline Persoons, 2e sur la liste.
http://www.levif.be/info/actualite/belgique/s-il-le-fdf-participe-a-une-majorite-ce-sera-sans-la-creation-de-bidule/article-4000609098504.htm

_______________________________________________________
09/04/2014
7sur7

Interpellée en commission du parlement par les députés Caroline Persoons (FDF) et Françoise Bertieaux (MR) sur les résultats de la première phase ...

_______________________________________________________
14/02/2014 - Conférence de presse : quand les conséquences de la Saint-Valentin sont pénalisées par de strictes conditions linguistiques...

Le décret flamand de 2012 qui entre en application le 1er avril prochain risque d'avoir des conséquences néfastes sur 4 à 6.000 places de crèches et quelques 250 emplois en Région bruxelloise et périphérie.
http://www.levif.be/info/actualite/belgique/des-milliers-de-places-en-creches-menacees-par-un-decret-flamand/article-4000528670865.htm


10/01/2014 - Communiqué de presse - Crèches Kind & Gezin à Bruxelles et en périphérie
Pour lutter contre les pressions linguistiques exercées sur les gardiennes bruxelloises et francophones de la périphérie, agréées par Kind & Gezin, les FDF interpellent le Ministre Nollet pour faciliter leur passage vers l’ONE.
A Bruxelles, les priorités données aux familles néerlandophones pour l’accès aux crèches K&G et les nouvelles conditions linguistiques drastiques imposées aux gardiennes K&G dans la capitale suscitent l’inquiétude de nombre de professionnels du secteur de la petite enfance.
Pour les FDF, le manque de places à Bruxelles et la situation difficile vécue par les familles en termes d’accueil doivent pousser le Ministre Nollet et le gouvernement Olivier de la Fédération Wallonie-Bruxelles à tout mettre en œuvre pour favoriser le passage des gardiennes K&G qui le désirent vers l’ONE. « Il est temps que le gouvernement francophone fasse un pas dans le bons sens et accepte un délai pour l’application de certaines normes. Je regrette ce manque de volonté politique et de souplesse dans le contexte de boom démographique auquel la Région de Bruxelles est confrontée. Cela pourrait entrainer la fermeture de lieux d’accueil, ce qu’il faut éviter à tout prix », déclare la députée Caroline Persoons qui interpellera ce lundi le Ministre Nollet en Commission de l’enfance du Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles au sujet de la mise en l’application du décret.
Malgré la demande des FDF, en mars 2012, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait refusé de faire jouer le mécanisme de la sonnette d’alarme en disant privilégier la concertation avec le Gouvernement flamand. « Nous en avons pris acte mais les FDF sont inquiets de constater l’impasse, surtout dans les communes à facilités qui n’ont aucune possibilité de s’affilier à l’ONE. », poursuit Caroline Persoons.
Malgré un recours en annulation introduit en 2012 contre ce décret par la Fédération Wallonie-Bruxelles et la COCOF auprès de la Cour Constitutionnelle, le nouveau décret flamand relatif à l’accueil des enfants entre en application. Sous couvert d’une prétendue volonté de « professionnaliser le secteur » et « pour créer de façon graduelle suffisamment de places d’accueil de qualité », des intérêts aussi essentiels que l’égalité de traitement entre les familles et l’emploi des personnes qui travaillent dans les crèches et celui des indépendantes, sont pris en otage.
Les voies juridictionnelles sont bien souvent trop lentes et nous demeurons à ce jour dans l’attente de cet arrêt. Les crèches devront désormais appliquer ces règles et réserver, à Bruxelles, 55 % de leurs places aux enfants issus de familles néerlandophones. « Pour les FDF, c’est contraire au droit européen ! », dit Caroline Persoons.
A Bruxelles, nombreuses sont les crèches qui ont choisi de dépendre de Kind & Gezin non pas en raison de leur appartenance linguistique - puisque de l’aveu propre de Kind & Gezin, 75 % des lieux d’accueil agréées sont francophones (lettre de juin 2013) - mais en raison des normes d’agréation plus souples qu’ils appliquaient. Cette exigence linguistique porte atteinte à l’emploi des Bruxellois et francophones de périphérie, déjà trop souvent en péril.

Des mesures transitoires en matière de connaissance de la langue ont été prises, mais elles sont insuffisantes pour les directrices. Nous regrettons en outre que l’harmonisation des normes de reconnaissance entre l’ONE et Kind & Gezin ne soit pas à l’ordre du jour. Pour les FDF, les normes de sécurité et d’encadrement doivent faire l’objet de mesures transitoires permettant aux crèches d’éviter une fermeture.

... a reconnu lundi le ministre, interrogé sur le sujet en commission du Parlement par les députées Florence Reuter (MR) et Caroline Persoons (FDF).

_______________________________

Elections régionales du 25/05/2014
Pour la Région bruxelloise, Didier Gosuin devance Caroline Persoons, Bernard Clerfayt et Joëlle Maison. Suivent Michel Colson, Cécile Jodogne, ...
Le trio de tête formé par Didier Gosuin, Caroline Persoons et Bernard Clerfayt ne risque pas d'être bousculé. A moins que… Mathieu Colleyn ...

_______________________________

12/12/2013 - Enseignement des langues

... Caroline Persoons (députée échevine à Woluwe-Saint-Pierre) et deux échevines de l'Enseignement, Joëlle Maison (Uccle) et Corinne François (Drogenbos), ...

______________________________

Décret d’assentiment à l’accord de coopération sur le Jardin Botanique National de Meise : les députés FDF voteront contre


19/06/2013 Cet accord concrétise le principe de territorialité et révèle un manque total de détermination et de prospective de la part des francophones qui soit au Gouvernement fédéral soit au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.Les députés FDF au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Persoons et Didier Gosuin, voteront contre le projet de décret d’assentiment portant sur l’accord de coopération entre la Communauté française et la Communauté flamande concernant le Jardin Botanique National.
Pour Caroline Persoons, « ce vote de refus est l’expression de notre cohérence et de notre engagement francophone constant dans ce dossier. Déjà en 2001, nous avions dénoncé lors des accords de la Saint-Polycarpe, le principe même de ce transfert. Au cours des législatures qui se sont écoulées depuis, nous n’avons cessé d’interpeller tant au niveau fédéral tant qu’au niveau de cette assemblée les ministres en charge afin de veiller aux intérêts francophones de cette institution reconnue internationalement sur le
plan scientifique et auquel les Francophones ont autant donné. 
Las, aujourd’hui, nous sommes au regret de constater que ceux-ci n’ont pas été pris en compte tant pour le personnel francophone encore présent sur le site qu’au niveau des moyens financiers et de l’influence dont disposera (encore) la FWB sur le site de Meise, dans l’accord de coopération.
Cet accord de coopération concrétise de manière presque unilatérale le principe de territorialité et révèle un manque de détermination francophone et de prospective de la part des ministres francophones qui soit au Gouvernement fédéral soit au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont eu les cartes en mains pour tenter de peser sur le cours des choses. »
Le combat francophone n’est toutefois pas terminé sur ce terrain : « En effet », poursuit Caroline Persoons, « le personnel francophone dont les chercheurs qui seront encore affectés au JBN devra continuer à être défendu comme il se doit et par ailleurs, il convient de réfléchir à la création possible d’une institution botaniste scientifique et muséale en Fédération Wallonie-Bruxelles, qui soit une alternative, avec le soutien des universités francophones qui seraient intéressées par ce projet. Nous devons y réfléchir, et d’ailleurs dans un précédent communiqué, nous avions déjà évoqué cette piste ».
RTL.be
Tous les députés ont voté pour, à l'exception de Caroline Persoons (FDF) qui a voté contre. Ce transfert avait fait l'objet en février dernier d'un accord ...

<http://www.rtl.be/info/belgique/politique/1011634/la-federation-approuve-le-transfert-a-la-flandre-du-jardin-botanique-de-meise>

La libre.be
<http://www.lalibre.be/actu/belgique/jardin-botanique-de-meise-la-federation-approuve-son-transfert-a-la-flandre-51c1fadb357037e86ab40878>

______________________________

Communiqué de presse :
Manifestation des taxis bruxellois contre Brigitte Grouwels : 5 ans de compétence, 5 ans de conflits

19/06/2013
Le Gouvernement Olivier s’était engagé à résoudre plusieurs questions dont la celle de la charte, de la création d’emplacements de stationnement supplémentaires, du besoin de contrôles renforcés vis-à-vis des taxis clandestins ou de l’utilisation de toutes les bandes bus. Toutes ces questions, comme bien d’autres, restent sans réponses.

Ce mercredi 19 juin, la grogne de 3 associations de chauffeurs de taxis s’est fait ressentir au centre de Bruxelles. Les rues de la capitale ont à nouveau été le théâtre d’une manifestation des taxis bruxellois. La raison de leur colère ? L’incapacité du Gouvernement bruxellois de respecter ses engagements de janvier dernier. Des engagements qui devaient être appliqués au plus tard le 31/05/2013. Le délai est donc dépassé…

« Suite de leur manifestation du 29 janvier dernier, le Gouvernement Olivier s’était engagé à résoudre plusieurs questions dont la celle de la charte, de la création d’emplacements de stationnement supplémentaires, du besoin de contrôles renforcés vis-à-vis des taxis clandestins ou de l’utilisation de toutes les bandes bus. Toutes ces questions, comme bien d’autres, restent sans réponses.Cela fait cinq années que Brigitte Grouwels gère cette compétence et cinq années que la Ministre est en conflit avec une large partie du secteur », constate la députée Caroline Persoons qui ne cesse d’interpeller la Ministre sur son manque de résultats.

 _______________________________

Communiqué de presse : Hauts potentiels
07/06/2013
Les FDF demandent la reconnaissance officielle des besoins spécifiques des enfants à hauts potentiels et l’amélioration de leur prise en charge au sein de l’enseignement

Ce vendredi, la ministre Simonet présente la brochure « enseigner aux élèves à hauts potentiels ». Cette initiative, qui a pour but d’offrir un outil aux équipes éducatives afin de mieux connaître les élèves à hauts potentiels, est positive mais pas suffisance. Les FDF demandent d’aller au moins un pas plus loin.
Le 13 juillet dernier, Caroline PERSOONS et Didier GOSUIN, députés FDF au Parlement de la Communauté française, ont déposé, avec la cosignature de Jean-Luc CRUCKE, une proposition de résolution « en vue de reconnaître officiellement les besoins spécifiques des enfants à hauts potentiels et d’améliorer leur prise en charge au sein de l’enseignement ».
Fruit d’un travail élaboré avec de nombreux parents et jeunes à hauts potentiels, cette résolution a pour but de demander au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de mieux tenir compte des difficultés rencontrées par les élèves à hauts potentiels et qui se trouvent en difficultés scolaires.
« A côté d’une brochure visant à aider l’équipe éducative, il est indispensable de prendre des mesures pour reconnaître les besoins spécifiques des enfants à hauts potentiels et de leur donner une place particulière dans l’enseignement mais peut-être aussi à côté des établissements scolaires ordinaires », insiste Caroline PERSOONS. 
« Cette reconnaissance officielle permettrait, par exemple, aux élèves à hauts potentiels de pouvoir accéder aux établissements scolaires qui développent des projets particuliers pour les HP. Le décret inscription ne permet plus à ces élèves de choisir l’école en fonction de ses projets et de la formation spécifique de ses professeurs. C’est une erreur », poursuit la députée FDF.
Pour les FDF, il faut aussi tenir compte des élèves surdoués en décrochage scolaire, dotés d’un QI supérieur à 140. Pour ces jeunes, il paraît indispensable de réfléchir à une structure dans laquelle la proximité avec l’élève, l’écoute, le suivi personnalisé, etc. seront partie intégrante de la philosophie et du travail quotidien de chaque enseignant et qui permettra de ramener ces jeunes vers l’enseignement.
C’est pourquoi, les FDF demandent de soutenir les projets pilotes pour les élèves à hauts potentiels dans les écoles partenaires et/ou en dehors de celles-ci pour les élèves à très hauts potentiels.
En partenariat avec les autres entités fédérées francophones, il est nécessaire de mettre en place des centres spécifiques d’accueil d’orientation et de soutien des enfants à hauts potentiels et de leurs parents. La Fédération Wallonie-Bruxelles doit être attentive à ne pas gâcher ces talents, qui parfois se sentent mal traités par la société.
Voir article de La Libre Belgique du 07/06/02013
_______________________________
Départs de mineurs en Syrie : les FDF demandent des mesures de prévention
19/04/2013
Les services d'aide à la jeunesse doivent prendre ce problème à ...

lavenir.net

... gens vers le front syrien à bras le corps, en concertation avec les milieux scolaires, a affirmé jeudi la députée bruxelloise des FDF Caroline Persoons.
_______________________________
Décret inscription
06/02/02013

BRUXELLES 06/02 (BELGA) = A deux semaines de l'ouverture des inscriptions en première année de l'enseignement secondaire, une association de parents du nord-ouest de Bruxelles a remis mercredi au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles une pétition de 20.000 signatures réclamant une refonte du fameux décret inscriptions.
   Les signataires réclament la suppression de certains critères comme la distance domicile-école ou même école primaire-école secondaire, qu'ils jugent inadaptés en Région bruxelloise. Ils demandent aussi une procédure d'inscription plus personnalisée et moins administrative.
    Interrogée en séance plénière par la députée FDF Caroline Persoons, la ministre de l'Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet (cdH), a rappelé que le décret, "qui a mis en place de la transparence", avait déjà été amélioré.
    Les "tensions" qui persistent notamment au nord-ouest de Bruxelles résultent d'une répartition inégale des écoles par type d'établissement, pour des raisons historiques, ainsi que de la hausse démographique, a-t-elle souligné.
    "Revenir en arrière serait extrêmement dangereux", selon Mme Simonet, dès lors que disparaîtrait la transparence, générant le risque de retrouver "le chaos" des files de parents ou de la bulle des inscriptions multiples réglées par un système de tirage au sort "qui n'est pas accepté".
    Pour Caroline Persoons, le critère de proximité crée des difficultés en Région bruxelloise, dans un contexte de pénurie de places et de boom démographique. La ministre, elle, invite à "améliorer la capacité des établissements à créer de nouvelles places là où il y a des difficultés".
    Elle évoque ainsi à demis-mots, pour cette partie de la Région bruxelloise où l'enseignement libre est particulièrement sollicité, la revendication de sa formation politique de résorber l'écart de financement entre les écoles libres et les écoles officielles, comme le prévoient les accords de la Saint-boniface (2001).
    Le cdH réclame aussi, pour les bâtiments scolaires du libre, d'autoriser une part d'intervention publique sur capital et non seulement sur intérêts, à l'instar de l'officiel subventionné, selon le cabinet Simonet.
    La période d'inscription d'un élève en 1e année du secondaire via le "formulaire unique" sera ouverte du 18 février au 8 mars inclus.
Cette période ne tient pas compte de l'ordre du dépôt du formulaire, mais bien des priorités calculées en fonction des critères du décret. Les inscriptions par ordre chronologiques, sans priorités donc, seront possibles à partir du 29 avril. BPE/GGD/ ./.
061554 FEB 13
_______________________________

Ecole: les FDF demandent que l'apprentissage des langues soit entamé plus tôt dans la vie
02/02/2013

(Belga) Pour réduire le déficit "évident" des connaissances linguistiques de la population francophone du pays, les FDF souhaitent un apprentissage précoce des langues. C'est le sens d'initiatives parlementaires des députés bruxelloises Isabelle Molenberg et Caroline Persoons aux parlements bruxellois et de la fédération Wallonie-Bruxelles.
Suite...
http://www.levif.be/info/belga-politique/ecole-les-fdf-demandent-que-l-apprentissage-des-langues-soit-entame-plus-tot-dans-la-vie/article-4000038357500.htm
_______________________________

Réforme de l'enseignement supérieur - Le FDF dénonce les visées ...
21/12/2012
RTL.be
... en germe ce projet, la députée Caroline Persoons a dénoncé le "carcan" créé autour de Bruxelles, singulièrement en provoquant la scission du pôle UCL.
 _______________________________

Accord de coopération culturel entre les communautés française et flamande: historique ?


Communiqué de presse- 07/12/12
Historique ? Certainement pas pour les francophones de Flandre…
Les mandataires FDF de périphérie attendaient depuis longtemps la conclusion d'un accord culturel entre les deux Communautés, la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles qui font partie d'un même état fédéral. Toutefois, ils ne peuvent se réjouir de la conclusion d'un accord culturel qui passe sous silence la culture française en Flandre. Ils s'interrogent sur le sort réservé aux associations culturelles francophones, aux bibliothèques, à la vie associative, en périphérie, à Fourons et dans le reste de la Flandre...
Caroline Persoons, Députée auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s'était déjà faite le relais de ces inquiétudes, en interrogeant la Ministre de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles. « Je regrette que l'on n'ait pas profité de cet accord historique pour aborder la situation des associations culturelles francophones en Flandre. D'autant que cet accord reconnait le principe de territorialité et fait donc fi de cette réalité culturelle ».
Récemment encore, lors du Forum des Minorités de l'ONU, une association culturelle (l'APFF) avait été entendue suite à la plainte déposée pour non-respect des droits culturels des francophones vivant en Flandre.
Un rapport du Conseil de l'Europe de 2002 dénonçait déjà l'absence d'accord de coopération réglant les questions culturelles. Pour la 1ère fois, la Fédération Wallonie-Bruxelles, en acceptant le principe de territorialité, confirme qu'elle abandonne les citoyens francophones à leur sort.
On dénature ainsi le concept de « Communauté » en le limitant à un territoire.
Pour Corinne François, Première Echevine à Drogenbos, "tandis que de nombreux instruments internationaux émanant de l'ONU ou du Conseil de l'Europe reconnaissent l'importance fondamentale du droit à la culture, en Belgique la frontière linguistique demeure un mur étanche pour l'accès des francophones à leur culture. La situation politico-communautaire belge et la recherche de la paix communautaire ne justifient pas qu'on oublie des droits essentiels appliqués dans la grande majorité des pays. C'est absurde."

_______________________________

Des députés regrettent l'absence de Bruxelles dans le plan Horizon 2022

RTL Info -Belga | 15 Novembre 2012 18h39
Les députés de l'opposition ont déploré jeudi un manque de clarté dans le plan Horizon 2022 qui laisse apparaître de façon peu lisible la Région bruxelloise. Après en avoir débattu au Parlement wallon, les députés ont eu un nouvel échange de vues, avec les experts chargés de la rédaction d'un premier rapport sur le plan, cette fois dans l'hémicycle du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il y a été question des enjeux démographiques et de l'enseignement. Appelant à une "clarification de ce qui sera le rôle" de la Région Wallonne, de la Région bruxelloise et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Françoise Bertieaux (MR) a pointé "l'ambiguïté" que porte le plan Horizon 2022. Et l'intitulé "'Région bruxelloise' ne figure pas dans le texte" introduisant les enjeux démographiques, a-t-elle regretté. Abondant dans le même sens, Caroline Persoons (FDF) s'est interrogée sur l'ambition du trait d'union entre Wallonie et Bruxelles. "Quelle amplitude, quelle étanchéité pour le toit commun", s'est-elle demandée, faisant observer que, pris indépendamment, les PIB wallon et bruxellois étaient très différents en comparaison avec la Flandre. Répondant aux critiques, le professeur Giuseppe Pagano a admis que la Wallonie et Bruxelles devaient faire face à des défis différents. "La difficulté de la Wallonie consiste à générer du PIB alors que celle de Bruxelles est de transformer son PIB en revenus", a-t-il dit en substance. Mais l'exercice du plan Horizon 2022 vise à dégager des "lignes de force", a-t-il assuré. (OCH)
_____________________________________ 

Les parlementaires FDF privés du droit de parole …

Communiqué de presse
Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a mis en place un nouveau règlement avec l'institution de débats thématiques en séance plénière. Les membres de la Conférence des présidents du Parlement ont décidé de limiter l'accès à ces débats thématiques aux seuls groupes politiques reconnus au sein du Parlement. Ce mercredi 14 novembre, deux débats thématiques étaient programmés. Le premier sur la gratuité et la démocratisation de l'enseignement supérieur, le second sur les perspectives de la réforme du paysage de l'enseignement supérieur.  
« Ces matières sont importantes et nous tiennent particulièrement à cœur explique la députée FDF Caroline PERSOONS. Je ne comprends pas qu’on puisse ainsi nous interdire d’intervenir dans ce débat qui est un enjeu essentiel en Communauté française. En refusant de nous donner la parole, le Président du Parlement bride le débat démocratique, belle leçon de démocratie…  De quoi a-t-on peur? Comment peut-on ainsi justifier l’interdiction de parole à des députés ? »
Pour rappel, et ce malgré des demandes répétées, les députés FDF au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles n'ont droit à aucun collaborateur et à aucune aide quelconque. « C’est le seul Parlement de Belgique qui traite ses députés de cette manière. Aujourd’hui les partis traditionnels nous privent même du droit de parole. Le stade après, ce sera de nous interdire de siéger ? Où cela va-t-il s’arrêter ? », s’interroge Caroline Persoons.
« Ce système est inacceptable. Les FDF forment un groupe politique reconnu au Parlement bruxellois et ont dès lors droit à des députés au Parlement de la FWB. Une fois qu'ils entrent dans cette assemblée, ils n'ont plus droit à rien, même plus le droit à la parole ! C'est de la démocratie de boutiquiers issus des petits arrangements entre les partis traditionnels ! », concluent Caroline PERSOONS et Didier GOSUIN.

_____________________________________________
20/09/12 - Communiqué de presse

Fonction publique régionale bruxelloise : en 10 ans, le personnel augmente de 13% mais le nombre de Bruxellois a baissé de 3% (et passe largement sous la barre des 50%) 
Depuis des années, l’Olivier (PS, cdH, Ecolo) promet de prendre des mesures pour augmenter le nombre de Bruxellois dans la fonction publique régionale. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’un vœu pieu ! Il est bien loin le temps où Ecolo publiait des études statistiques (sous la plume notamment de Christos Doulkeridis) pour montrer à quel point le Ministère comptait peu d’habitants de Bruxelles. Si on analyse les statistiques qui viennent d’être publiées dans le rapport d’activité 2011 du Ministère, en dix ans, de 2001 à 2011, le personnel du Ministère de la Région bruxelloise a augmenté de 13% (en passant de 1551 unités à 1760) mais la part de Bruxellois a singulièrement diminué. Les Bruxellois qui occupaient quelque 50,55% des fonctions en 2001 ne représentent plus, en 2011, que 47,84%, soit une diminution de près de 3%.
« Force est de constater que la situation a empiré depuis la mise en place de la majorité Olivier (PS-cdH-Ecolo) au pouvoir à la Région depuis 8 ans ! Ce rapport d’activités du ministère est, à cet égard, un véritable constat d’échec de la majorité », constate la députée Caroline PERSOONS. 
 « Notre Région est le premier bassin d’emploi du pays mais détient le plus haut taux de chômage. Et les pouvoirs publics régionaux eux-mêmes donnent un très mauvais signal en n’engageant pas des Bruxellois alors que les communes, elles, font énormément d’effort puisqu’en 2010, entre 60 et 85% du personnel communal était domicilié dans la Région », poursuit Didier Gosuin, chef de groupe FDF au Parlement bruxellois.
________________________________________________

Rentrée scolaire (publié le 3 septembre 2012)

Rentrée scolaire: les FDF jugent dramatique le bilan de l'Olivier
Le Vif
... sont comme l'arbre qui cache la forêt des difficultés de la rentrée", a commenté Caroline Persoons (FDF), députée à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

  ______________________________________________

Les platanes de l'avenue du Port (publié le 20 juin 2012)


Les platanes abattus de l'avenue du Port seront remplacés
RTBF
La députée FDF Caroline Persoons, rejointe par Annemie Maes (Groen), s'inquiète du sort de l'avenue du Port après l'abattage des 28 platanes jugés dangereux ...

 18/05/2012

Décret inscriptions: les FDF jugent le cdH ambigu et lâche
RTL.be
Les députés bruxellois FDF Caroline Persoons et Didier Gosuin avaient déposé des amendements au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour modifier ...

 _____________________________________________

Décret flamand sur les crèches: nouvelle réunion lundi (publié le 20 avr. 2012) 

Belga | 20 Avril 2012 14h08

http://www.rtl.be/info/belgique/politique/872285/decret-flamand-sur-les-creches-nouvelle-reunion-lundi
Une nouvelle réunion entre les ministres flamand Jo Vandeurzen et francophone Jean-Marc Nollet et/ou leurs représentants aura lieu lundi dans le contexte de la mise en oeuvre du décret flamand qui prévoit de réserver un minimum de 55% des places dans les crèches flamandes de Bruxelles à des enfants dont au moins un des parents maîtrise le néerlandais, a indiqué vendredi la ministre-président de la commission communautaire française Christos Doulkeridis (Ecolo).
Interpellé au sujet de ce dossier par Caroline Persoons (FDF) et Joël Riguelle (cdH), Christos Doulkeridis a ajouté que ce dossier serait à l'ordre du jour de la prochaine réunion conjointe des gouvernements des institutions francophones, qui aura lieu le 3 mai. Pour le moment, les francophones privilégient toujours la voie de la concertation sur les modalités de mise en oeuvre d'arrêtés d'exécution du décret. Mais une analyse juridique est aussi en cours au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour examiner la possibilité d'introduire un recours en annulation auprès de la Cour constitutionnelle, a précisé Christos Doukeridis devant les députés bruxellois francophones réunis en séance plénière vendredi matin. (VIM)

Crèches flamandes à Bruxelles : priorité aux familles "flamandes" ! Inacceptable !

(publié le 23 mars 2012)
Communiqué de presse du 8/03/2012 :
Futur décret flamand donnant priorité aux familles flamandes dans les crèches : vers un conflit d’intérêt
Les FDF dénoncent une stigmatisation inacceptable
Une proposition de décret est actuellement en discussion au Parlement flamand en vue de réserver prioritairement 55% de places de crèches subsidiées par Kind & Gezin aux enfants dont un des parents parle le néerlandais.
« Cette proposition est inacceptable à Bruxelles car elle rompt le principe de ne faire valoir aucune sous-nationalité dans notre Région », commente la députée Caroline Persoons qui interpellera dès vendredi les autorités bruxelloises en question d’actualité.
« Cette décision fait reposer tout le poids de l’accueil de l’internationalisation de Bruxelles, de l’immigration européenne et extra-européenne sur les seules politiques francophones. Où toutes ces familles iront-elles si la politique francophone entre dans la même spirale que la Flandre ? », poursuit Didier Gosuin, chef de groupe FDF au Parlement bruxellois.
Les FDF ne peuvent accepter cette démarche des Parlementaires flamands qui stigmatisent une fois de plus les populations étrangères à Bruxelles. « Comment peut-on en même temps répéter que Bruxelles n’est pas une ville francophone mais multiculturelle et, lorsqu’il s’agit de répondre à des besoins concrets, stigmatiser ces populations étrangères dont une grande partie est issue de l’Union européenne ? », interrogent les deux députés en rappelant que cette initiative s’inscrit dans la continuité du recours introduit par la Flandre pour empêcher la Région bruxelloise d’investir dans les crèches à Bruxelles.
Si le processus parlementaire arrive à sa fin au niveau des autorités flamandes, les FDF utiliseront toutes les voies de droit possible, en ce compris le conflit d’intérêt, pour lutter contre cette mesure discriminatoire.

Communiqué de presse du 19/03/2012 :
Décret flamand sur les crèches bruxelloises Kind & Gezin : le quota réservé exclusivement aux néerlandophones est maintenu
La Fédération Wallonie-Bruxelles négocie… en vain !
Un décret flamand réservant prioritairement 55% des places de crèches subsidiées par Kind & Gezin à Bruxelles aux enfants dont un des parents parle le néerlandais est actuellement en cours d’adoption au Parlement flamand. Un texte  jugé inacceptable par les FDF. Caroline Persoons, députée FDF à la Fédération Wallonie-Bruxelles (Communauté française), a interpellé cet après-midi le ministre Nollet en charge de la petite enfance. Un Ministre qui s’est réjoui d’avoir obtenu une concertation avec le Gouvernement flamand et son homologue, le Ministre Jo  Vandeurzen.
Avec moult détails et beaucoup de dramatisation, Jean-Marc Nollet a remis aux députés de la Communauté française les notes et amendement reçus du Gouvernement flamand. « Si nous nous réjouissons qu’un contact ait enfin eu lieu entre les deux Communautés, je constate amèrement que l’article litigieux qui prévoit une priorité à Bruxelles pour les familles dont un parent au moins parle le néerlandais est maintenu. C’est inacceptable car cela crée une discrimination sur base de la langue », a déclaré Caroline Persoons.
« Comment les crèches communales reconnues par Kind & Gezin, la crèche du Ministère de la Région bruxelloise ou celles des institutions de l’Union européenne (elles aussi reconnues par Kind & Gezin), doivent-elles réagir ? » s’interroge la députée FDF. La logique de la « priorité nationale » est maintenue par la Flandre. Nous devons mettre tout en œuvre pour bloquer cette façon d’agir à Bruxelles » poursuit Didier Gosuin.
En outre, l’arrêt de la Cour constitutionnelle du 8/12/2011 annulant le plan crèches de la Région bruxelloise sur base d’un recours appuyé par le Gouvernement bruxellois montre - s’il en était besoin ! - que le Gouvernement flamand ne cherche pas l’intérêt de toutes les familles bruxelloises.
Les députés FDF au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont déposé une motion de conflit d’intérêts au Parlement et demandent aux chefs de groupe de la majorité de l’activer.
Les FDF demandent qu’une analyse complète de toutes les conséquences de ce projet de décret flamand pour les crèches privées ou communales subventionnées par Kind & Gezin à Bruxelles soit impérativement et rapidement réalisée.

Article 7/7

Tour Uplace et survol de Bruxelles (publié le 23 mars 2012)


Le projet de tour de 94,6 mètres sur le site Uplace prévu à Vilvorde pourrait avoir des retombées très importantes en termes de survol de la Région bruxelloise.Un tiers des avions qui décollent vers Grimbergen, Vilvorde et Machelen, pourraient être détournés vers Bruxelles. Le permis de bâtir Quelles sont les démarches entreprises par la ministre de l’Environnement et/ou par le Gouvernement bruxellois ?

Article RTL

Ecoles francophones de la périphérie : toujours pas de réponse du ministre flamand

(publié le 23 mars 2012)

Le 14 février 2012, j'ai interpellé la ministre Simonet sur les écoles francophones de la périphérie et spécialement sur deux points précis relatifs au suivi de l’arrêt de la Cour constitutionnelle
du mois d’octobre 2010, à savoir l’inspection pédagogique et les collaborations entre les écoles francophones de la périphérie et les CPMS. En effet le ministre Smet n'a pas répondu aux demandes de dérogation des écoles. Quid pour l'avenir ?

Article du Vif

Ecole: les FDF demandent que l'apprentissage des langues soit entamé plus tôt dans la vie

publié le 3 févr. 2012 
Belga : Pour réduire le déficit "évident" des connaissances linguistiques de la population francophone du pays, les FDF souhaitent un apprentissage précoce des langues. C'est le sens d'initiatives parlementaires des députés bruxelloises Isabelle Molenberg et Caroline Persoons aux parlements bruxellois et de la fédération Wallonie-Bruxelles. 
Dans son Livre Blanc, le Conseil de l'Europe préconise que chaque citoyen maîtrise trois langues au sortir de son parcours scolaire obligatoire. En Belgique, et singulièrement dans la partie francophone du pays, on est loin du compte. Selon des chiffres publiés en 2007, 57% des Wallons ne connaissent qu'une seule langue, pour 28% en Flandre et 22% à Bruxelles. Seuls 7% des Wallons se disent trilingues (40% en Flandre et 31% à Bruxelles).
   Pour les deux députées, c'est la faute aux faiblesses de la législation sur l'enseignement des langues, qui n'impose le néerlandais comme seconde langue à raison de 3 heures par semaines qu'à partir de la 3ème primaire (5 heures à partir de la cinquième) à Bruxelles.    En Wallonie les premières périodes de cours dans une autre langue (anglais, néerlandais ou allemand) ne sont imposées modestement qu'à partir de la 5ème primaire.
   L'apprentissage d'une troisième langue n'est organisé qu'à partir de l'enseignement secondaire.
   Pour Isabelle Molenberg et Caroline Persoons, il importe d'entamer des formations aux langues bien plus tôt, en veillant à ne pas porter préjudice à la maîtrise de la langue maternelle. Leurs propositions de résolution à Bruxelles et au parlement de la fédération visent à encourager les autorités communautaires du pays à permettre l'apprentissage d'une troisième langue plus tôt qu'aujourd'hui dans les écoles bruxelloises.
   Caroline Persoons a par ailleurs déposé au parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles une proposition de résolution visant à encourager la découverte d'une deuxième langue, sur le mode ludique, dès la troisième maternelle. JDD/(WAE)/

Article dans Le vif
Echo Bel RTL
Article dans Le Soir 03.02.12
Article dans La Libre 03.02.12

STIB Abonnement scolaire

publié le 19 nov. 2011
Le Soir - 19/11/11
Les oppositions, MR et FDF, fustigent la nouvelle donne en matière d’abonnements scolaires mais visent différentes solutions
Le FDF introduira un amendement à la FWB
..."Le dossier revient à la FWB - Le FDF, de son côté, donne six mois à la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) pour revenir sur sa décision. Pour l’y aider, le groupe introduira un amendement au budget 2012, une fois ce-lui-ci communiqué. Caroline Persoons (députée FDF au parlement bruxellois et à la FWB) a d’ailleurs déposé une interpellation sur le sujet à la FWB, inscrite en commission Education mardi prochain. En cas d’échec de la mesure défendue, pour un retour à la charge de la FWB, le député Emmanuel De Bock (FDF) évoque un travail similaire auprès
de la Région bruxelloise « mais avec un débat de fond, sur la hauteur de cette intervention, sur les personnes visées par la réduction ».

Bibliothèques publiques

publié le 6 oct. 2011
Laanan réfute des critiques du Conseil des Bibliothèques publiquesBelga | 12 Mai 2010 18h43
La ministre de la Culture Fadila Laanan a réfuté mercredi au parlement de la Communauté française les critiques relayées par plusieurs députés de l'opposition et de la majorité à propos de la politique menée envers le secteur des bibliothèques publiques.
Caroline Persoons (MR), Olivier Saint-Amand (Ecolo) et Véronique Salvi (cdH) se sont fait l'echo de critiques formulées par des représentants du Conseil des bibliothèques publiques à l'occasion de leur audition en Commission du parlement. Elles portent notamment sur l'absence d'arrêtés d'application (du décret d'avril 2009 sur la lecture publique) concernant les subventions des bibliothèques et l'attitude négative du cabinet de la ministre envers ce Conseil. Pour ce qui concerne les arrêtés, Mme Laanan a dit attendre le feu vert du ministre du Budget, qui éprouve des difficultés pour fixer les montants à partir de 2011. Elle transmettra le projet d'arrêté eu Conseil mais si la crise budgétaire perdure, elle sera contrainte d'aménager les mesures transitoires prévues dans le décret. La ministre a dit comprendre l'impatience du Conseil devant l'absence des arrêtés mais pas la critiques sur le manque de collaboration du cabinet. Selon elle, le Conseil est régulièrement informé. En revanche, elle pense que certains de ses membres ont tendance à vouloir outrepasser leur compétence d'avis et remplir des missions réservées à l'administration. (MUA)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser votre avis et vos suggestions.