25 juillet 2014

Fédération Wallonie-Bruxelles : « Fédérer pour réussir » ? Plutôt « économiser pour survivre » !

Ce vendredi, au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, je suis intervenue  dans la discussion de la déclaration gouvernementale.
Les FDF n'ont pas été partenaires de cette négociation. Même si nous retrouvons plusieurs de nos priorités dans la déclaration du gouvernement Demotte II, certains points, essentiels pour nous, comme un lien institutionnel clair avec le gouvernement régional bruxellois, la mise en place d'un organisme d'évaluation des politiques, la suppression de l'actuel décret inscription, un engagement volontaire pour soutenir les situations culturelles et d'enseignement en périphérie,... n'ont pas été pris en compte. 
Avec Joëlle Maison et Emmanuel De Bock,  nous constituerons, à la Fédération W-B, une opposition, claire, ferme mais constructive, avec une force de propositions visionnaires pour que Wallons et Bruxellois dessinent ensemble leur destin. 
Difficile d'être dans la majorité à la Région bruxelloise et dans l'opposition à la Fédération Wallonie-Bruxelles ? C'est peut-être étonnant mais extrêmement positif, me semble-t-il. Tout en étant  informés des projets touchant spécialement le triptyque enseignement/formation/emploi en Région bruxelloise, nous pourrons analyser avec clairvoyance, vérité et une certaine liberté, les projets du Gouvernement PS-CDh de la Fédération W-Bxl. Nous jugerons donc sur pièce et appuierons ou non, les projets de décret.
Une opposition constructive,… même sans aucun moyen :
Ce travail au Parlement, que je mène depuis plusieurs années, ne sera pas évident car n’étant pas un groupe politique reconnu, le Parlement de la FWB, contrairement à ce qui se passe dans tous les autres parlements, nous prive de tout moyen et ne nous octroie aucune aide : pas le moindre collaborateur, pas de bureau (depuis 2011, je me mets dans un coin dans un couloir pour rédiger mes interventions et communiqués), pas le moindre euro pour notre formation politique, un temps de parole réduit, une question d’actualité autorisée tous les 6 mois… C’est honteux. Les conseillers communaux de certains villages sont mieux lotis que les députés de la Fédération W-Bxl… Mais il y a une chose dont on n’a jamais pu priver les FDF : leur force de travail, leur sincérité, leur engagement envers les électeurs !  
Je suis très heureuse par contre d’être rejoint par Joëlle Maison et Emmanuel De Bock. Nous serons 3 et formons une belle équipe !!
Sur le fond des projets du gouvernement :
-          Le texte du communiqué de presse : cliquez ici.
-          Le texte de mon intervention au parlement :cliquez ici
Je suis intervenue dans une triple dimension :
1.      une critique claire et ferme du casting gouvernemental.
De la Kamikaze fédérale au ‘rekazage’ des amis à la Fédération Wallonie-Bruxelles, le respect des valeurs démocratiques traverse, pour le moment, bien des zones de turbulence. Pléthore de ministres, compétences éclatées et absence déplorable de ministre régional bruxellois : le casting du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles donne une très mauvaise image de nos institutions aux citoyens alors que les défis sont énormes.
2.      le rôle de fédération Wallonie-Bruxelles et la mise-en-place de la 6e réforme : Dans la déclaration gouvernemental, la FWB est présentée comme « le lien indéfectible entre Wallons et Bruxellois » mais c’est un peu court. Pas un mot pour donner à cette institution, à ce lieu concret de solidarité, le rôle essentiel qu’elle devrait tenir pour lier les régions wallonne et bruxelloise dans la mise-en place de la 6e réforme. Jamais la FWB n’est identifiée dans cet accord, comme l’institution du dialogue francophone, le pilote des politiques convergentes au niveau francophone. Nous le regrettons. L’absence de ministre bruxellois à double casquette est révélatrice à cet égard.
Le combat historique que les FDF ont livré depuis 50 ans pour éviter que Bruxelles ne soit « un territoire d’Etat » séparé dans la Wallonie, aseptisé culturellement, un rijksgebied dépendant d’un Etat fédéral flamandisé, ce combat-là nous voulons le mener avec la Wallonie. Nous n’instrumentalisons pas la Wallonie, nous défendons 2 Régions fortes mais solidaires. Institutionnellement solidaires.   
3.       des avancées positives mais aussi de graves lacunes :
Avec mes collègues, nous avons analysé le texte gouvernemental.
J’ai insisté sur certains points positifs, comme la volonté affichée par le gouvernement de répondre au boom démographique (mais avec quels moyens ?), de revoir les normes techniques exigées par l’ONE pour les accueillantes d’enfants, les lignes louables pour une meilleure gestion du domaine culturel. J’ai aussi exprimé nos craintes pous les compétences « Médias » revenant au Ministre Marcourt. Sur fond d’affaire Tecteo, nous crayons que la liberté de la presse ne soit asservie à, une politique de financement par trop wallonne (« favoriser l’émergence de pôles multimédias, dans la philosophie des pôles de compétitivité wallons »). J’ai insisté aussi sur une lacune de a déclaration : l’absence de toute mention des francophones de la périphérie alors même que la FWB est compétente, entre autres, pour l’inspection pédagogique des écoles francophones des communes à facilités.
Par la voix de Joëlle Maison, pour la partie enseignement, nous avons regretté que la majorité PS-Cdh n’ait pas osé aller plus loin en termes de rationalisation des Pouvoirs organisateurs officiels, de prise de position claire sur l’interdiction du port des signes convictionnels dans les écoles ou d’enseignement des langues en Wallonie et à Bruxelles. A un pacte pour un enseignement d’excellence, nous aurions préféré un vrai nouveau Pacte scolaire, nouvelle base pour atteindre des objectifs spécifiques et mesurables en termes de connaissances et de compétences.
Enfin, sur base des chiffres avancés dans la réplique du Ministre-président Demotte, nous avons dit notre crainte. Les chiffres avancés par le Ministre-Président Demotte n’augurent rien de bon. Les horizons dessinés dans la Déclaration gouvernementale seront difficilement atteignables vu la situation financière de la FWB. L’Odyssée avait Achille au pied léger; nous avons Rudy à la cagnotte légère. Mais il n’y a pas de quoi s’étonner : la 6e réforme négociée par les PS-MR-CDH-Ecolo assainit le niveau fédéral et renvoie des compétences vers les entités fédérées sans la totalité des moyens nécessaires. 

1 commentaire:

Merci de laisser votre avis et vos suggestions.